Vitamines et oligo intervenants dans la fertilité

Retrouvez le contenu de cet article (et plus !) dans le Guide à télécharger.

Vitamine ou oligo-élément
A quoi çà sert ?
B8 ou biotine

Elle intervient dans l’action de la testostérone sur la synthèse des protéines dans les testicules.
L’apport journalier moyen est de 3 à 6 micro grammes

· La biotine est couramment prescrite (avec la vitamine B5) pour ralentir la chute des cheveux.
· Elle aurait un effet positif sur les ongles cassants.

B9 ou acide folique

Elle stimule la fertilité chez les hommes et chez les femmes.

Certains gynécos (en particulier aux USA) recommandent à toute femme en âge de procréation d’en prendre au moins 400 mcg/jour en continu et surtout au moins 2 mois avant toute conception. Cela réduirait de 50% les risque de Spina Bifida du bébé. Le dosage passe à 600 mcg/jour min durant le 1er trimestre de grossesse. Pour les femmes qui ont eu le malheur d’avoir déjà un enfant avec ce pb les doses passent à 1000 mcg/jour avant et pendant la grossesse.

B3 ou niacine

Elle intervient dans le mécanisme de réparation de l’ADN endommagé par des rayonnements, des polluants, des toxiques, des médicaments, des radicaux libres.


B12

la B12 débarrasse l’acide folique (méthyl-tétrahydrofolate) de son groupe méthyle et le transforme en tétrahydrofolate (THF), or ce THF est utilisé par les cellules pour se procurer de l’ADN, en l’absence de B12 le THF se raréfie, la synthèse d’ADN se ralentit et les cellules se voient bloquées au milieu de la réplication. Ce phénomène est particulièrement sensible pour les globules rouges

 

B5

La vitamine B5 stimulerait la fertilité.

 

B6 ou pyridoxine

Les femmes enceintes et allaitantes : l’augmentation des oestrogènes entraîne une surconsommation de vitamine B6, de plus le fœtus pompe à son profit le phosphate de pyridoxal. Les enfants nés d’une mère non carencée en vitamine B6 puis nourris au lait maternel enrichi en B6 :
– ont un poids de naissance supérieur à celui d’enfants nés d’une mère carencée
– leur sang a une meilleure capacité à utiliser l’oxygène
– ils sont moins irritables, pleurent moins longtemps et moins fréquemment, sont moins sujets aux convulsions que les enfants nés d’une mère carencée : la vitamine B6 semblerait être le facteur qui influence le plus le comportement de l’enfant en termes de consolabilité, de rapidité du passage aux pleurs et de réponse aux stimuli adverses.

La vitamine B6 est à manier avec précaution · Sa surconsommation prolongée peut provoquer une polynévrite distale avec abolition des réflexes ostéotendineux, paresthésies, douleurs, troubles vasomoteurs et amyotrophie

Vitamine E

Est parfois utilisée pour stimuler la fertilité et la fécondité

La vitamine E n’est pas toxique, même à dose élevée.· Les rares effets secondaires signalés d’un excès de vitamine E sont l’augmentation de la créatinurie (présence de créatine dans les urines), des troubles digestifs mineurs.

La vitamine E doit être évitée dans le cas de déficience en vitamine K· La vitamine E pourrait contrer les effets recherchés lors d’une chimiothérapie cancereuse.

C ou Acide Ascorbique

Elle réduit la nocivité des métaux toxiques que sont le plomb, le nickel, le cadmium en favorisant leur élimination.
Elle augmente le potentiel d’action de l’acide folique (vit. B9) : la vitamine C empêche le THC (forme active de la B9) d’être oxydée et d’être rejetée par le corps.
Elle continue à maintenir sous sa forme active le glutathion, principal protecteur de l’organisme contre les polluants.

L’effet secondaire principal d’un excès de vitamine C est la diarrhée. La vitamine C n’est pas toxique.

B2

De plus la vitamine B2 a une fonction anti- oxydante et participe à la régénération du glutathion, le détoxifiant majeur de l’organisme.

 

ZINC

Il est indispensable dans tout ce qui implique une duplication des cellules : fertilité, croissance, immunité, cicatrisation…
Le zinc apparaît comme un protecteur anti-oxydant et lutte contre les métaux toxiques (cadmium).

Le surdosage en zinc se traduit par :

– des difficultés à marcher
– des troubles de l’élocution
– des tremblements
– une diminution de l’immunité associée à une carence en cuivre pour des doses supérieures à 150 mg

Baisse de la fertilité chez l’homme

IODE

L’iode est indispensable à la production des hormones thyroïdiennes, ces hormones étant indispensables au développement cérébral et jouent un rôle important dans la régulation du métabolisme cellulaire.

Sélénium

Oligo-éléments jouant le rôle d’anti-oxydant. Cette enzyme travaille de concert avec la vitamine E pour protéger les membranes cellulaires contre l’oxydation provoquée par les radicaux libres.
Il est couramment utilisé dans la lutte de certains cancers (prostates, colorectal, de la peau non mélanome, des poumons…)

Cependant, la sélénose (intoxication au sélénium) ne se manifesterait qu’après un apport prolongé de 1 000 µg/jour. Les manifestations en sont les suivantes : les cheveux et les ongles deviennent cassants et peuvent tomber, la peau devient sensible aux inflammations, l’haleine se charge d’une odeur d’ail et la personne intoxiquée se sent fatiguée, irritable et nauséeuse.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous connaissez des personnes qui peuvent être concernées par cet article ? Pensez à le partager !

Recherche utilisée pour trouver cet article :

vitamine e forte et fertilité, apport en glutathion chez la femme et fécondité, vitamines e et fécondité

4 commentaires

  1. Laissé par : Valérie le20/05/2006 à 20h49

    Bonjour,

    mon mari est OATS. Il avait un tt d’un andrologue qui lui a permis des progrès mais il avait très mal à la tête. Après une radio le doc a vue que son hypophyse avait grossi.

    Maintenant il prend tribulus terretsris et Betaselen depuis qques semaines et de nouveau mal de tête!!! Que pouvons-nous faire?
    Merci

    Valérie

    • Bonjour Valérie,

      Le plus sage est de tout arrêter et de retourner voir le médecin, en lui précisant les doses avalées de tribulus et bétasélen (je te conseille d’aller sur passeportsanté imprimer la fiche relative au tribulus et de la lui amener…) Avec la sensibilité de ton époux, il serait plus sage à l’avenir de ne rien prendre sans avis médical.

      En outre, la plupart des compléments doivent être pris sous forme de cure en respectant les doses car leur effet est cumulatif : 20 jours par mois suivis de 10 jours pour éliminer le superflu avant de recommencer. Et il est bon aussi d’alterner les produits en respectant ce temps de repos.

      Enfin, le tribulus forme une meilleure association avec le schizandra. Celle-ci fait partie des plantes adaptogènes, c’est-à-dire que c’est un tonique général non-ciblé de l’organisme dont l’action va s’adapter aux besoins précis du moment et n’agira pas là où il est inutile de stimuler… Ici encore, il vaux mieux fonctionner par cure 20 jours/30 ou 3 mois/4.

      Bon dimanche. Tiens-moi au courant…

  2. Bonjour Fabienne,

    J’ai bien reçu le guide alimentaire des vitamines et oligo pour concevoir ». Ma première grossesse, même si elle s’est bien passée, s’est mal terminée à cause d’un hématome rétroplacentaire.
    Après une année de pause, j’ai décidé de repartir à la « pêche » au bébé 🙂
    Visite chez le gynécologue, une première séance chez une ostéopathe suivie d’autres, révision sur ce qui est « bon » pour concevoir sont au programme.
    Ce résumé sur les vitamines permet d’avoir une idée plus précise sur l’alimentation à avoir pour concevoir.

    • Bonsoir Florence,
      Merci de votre partage.
      Effectivement une bonne hygiène alimentaire (avec une bonne hygiène de vie et des plantes/compléments bien choisis) semble aider autant un bon déroulement de la grossesse jusqu’au terme que faciliter la conception !
      Merci de l’avoir rappelé à toutes 😀
      Bonne chance pour la suite, Fabienne

Laisser un commentaire