L’alimentation de la fertilité

Les bonnes habitudes de base pour une alimentation pro-fertilité fécondité

Votre alimentation doit être non seulement variée mais riche en vitamines et oligo-éléments.
Les 5 fruits et légumes chaque jour sont indispensables à l’équilibre alimentaire. Essayez de vous fournir en véritables
primeurs : productions de saison n’ayant pas eu l’occasion de perdre leurs vitamines dans le transport ou au fond d’un frigo, que vous cuirez doucement et ne laisserez pas mijoter des heures non plus pour garder les vitamines.
Vous serez attentif à l’équilibre acido-basique, à ne pas manger trop de viande ni trop gras ni trop sucré (adieu les plats traiteur tous prêts !)
Vous mangerez autant que possible des produits de l’agriculture biologique pour limiter les pesticides (tant qu’elle existe.)
Et surtout abusez des graines germées, produits vivants complets bio disponibles à petits prix !
Veiller à une alimentation riche en vitamines, principalement la E
en début de repas : chou, épinard, pommes, persil crus ou hachés ou en jus et insister selon les goûts sur…
  • fruits : abricots, amandes, dattes, fraises, noisettes, noix, pommes, prunes, raisin
  • légumes et salades à feuilles vertes : céleri branche, chicorée, choux, cresson, épinard, laitue, pissenlit, poireau, scarole,
    carotte, lentille, navet, radis (avec fanes)
  • oeufs
  • viandes rouges
  • abats : cervelle, coeur, ris de veau, rognons, foie de veau (30 à 100 g, 2 à 3 fois par semaine)
  • condiments : ail, oignon, persil
  • huîtres
  • miel (plutôt que le sucre à la limite non-raffiné)
  • céréales : farine d’avoine ou maïs, blé germé, pain complet.

Favoriser l’équilibre acido-basique

Le pH, en fait le « potentiel hydrogène », mesure l’acidité ou l’alcalinité.
Le point d’équilibre est à 7 : au-dessous (1 à 6), il y a acidité, au-dessus, alcalinité (8 à 14.)
Notre corps, globalement neutre, est une succession d’éléments plutôt acides ou plutôt basiques. Ainsi les deux interviennent
dans le processus digestif.
L’excès d’acidité dans le corps provoque une « acidose » qui, à l’extrême, peut causer le coma, alors qu’à l’inverse une « alcalose extrême» menace de convulsions.
L’activité cellulaire est génératrice d’acidité : nul besoin de réserve. La réserve alcaline, elle, existe sous forme de composés ammoniacaux et sels de sodium.
Le déséquilibre léger peut être détecté en utilisant des bandes de papier spécial, vendu en pharmacie, sur l’urine de la journée, jamais sur la première urine du matin forcément acide de la nuit. Le pH urinaire normal oscille entre 5,2 et 7 selon l’heure.
Le corps peut se mettre en acidose temporairement pour se nettoyer de certains éléments favorisés par l’alcalose ou la neutralité et reprendre ensuite son équilibre habituel.

Les bonnes raisons de lutter contre l’acidose excessive prolongée

  • Fatigue générale de l’organisme sollicité pour essayer de maintenir l’équilibre global, avec manque chronique d’énergie, frilosité, moindre résistance au froid et perturbation du sommeil entre 1 heure et 3 heures du matin
  • Manifestation au niveau des cheveux (ternes, chute), des ongles (cassants, dédoublés, tachés, rayés), de la peau (sèche, fissurée, crevassée, avec eczémas secs, urticaires, démangeaisons, rougeurs) et/ou des extrémités (mains moites et froides, sueurs froides, transpiration abondante des pieds)
  • Possibilité de « cristallisations » acides et/ou d’engorgements qui vont asphyxier les cellules et faire le lit de maladies plus ou moins graves,
  • Mobilisation exagérée du foie pour éliminer entraînant une mauvaise haleine matinale
  • Prolifération bactériologique avec possibilité également de mycoses comme le muguet, «candida albans »
  • Acidification de certaines zones ou humeurs corporelles telles la salive, la glaire cervicale chez la femme ou le sperme chez l’homme.
  • Suspicion de favoriser l’apparition des cancers à terme

Les causes

  • Le stress, les peurs, les angoisses, la fatigue : Bref de mauvais schémas psychologiques qui bloquent l’organisme,
  • Une alimentation déséquilibrée,
  • Une surcharge de toxines occasionnée par une insuffisance de l’élimination (par les émonctoires, foie, reins, poumons, peau, intestin)
  • Les médicaments sur une longue période ou le tabac

Le remède : l’hygiène de vie

Rien ne vaudra jamais un séjour au grand air à rire à gorge déployée avec son conjoint adoré pour favoriser l’équilibre acido-basique ! Finis le stress et les pensées sombres générateurs d’ulcères gastriques ou d’acidité.
Au quotidien normal, pour rééquilibrer le pH, l’alimentation reste quand même la solution la plus abordable.
Elle va mettre l’accent sur des aliments les moins acides en termes de déchets. Il faut donc distinguer le goût et les résidus.
L’eau de boisson sera également choisie neutre ou légèrement alcaline, le pH est habituellement indiqué sur l’étiquette avec les principaux résidus secs.
Le vieux remède traditionnel contre l’acidité de l’estomac consistant à prendre de l’eau additionnée d’une cuillerée à café de bicarbonate de soude peut également être utilisé en adjuvant. L’eau citronnée est aussi utile.
De manière générale et simpliste, une alimentation carnée générera des résidus acides, une alimentation riche en végétaux sera plutôt alcaline. Les quelques végétaux acides produiront des résidus légers facilement éliminables après oxydation dans la respiration.
Aliments laissant un résidu très alcalin après digestion
Millet, amande, algues, betteraves, artichauts, céleri, « légumes verts » asperges, choux de Bruxelles et choux en général, carottes, concombre,
endive, ail, scarole, poireaux, laitue, oignons, persil, gingembre, pommes de terre, patates douces, potirons, navets, cresson
Aliments à résidus alcalins
Riz brun, pommes, abricots, figues fraîches, bananes, baies, melon, kiwi, raisin, citrons jaune et vert, poire, prune, pêche, mangue, papaye, pousses de
bambou, panais, aubergine, gombo, radis, blettes, rhubarbe, épinards
Aliments à résidus quasiment neutres
Yaourts, beurre
Aliment à résidus acides
Agneau, poulet, dinde, oie, canard, saumon, poisson blanc, oeufs, haricots, orge, sarrasin, avoine, seigle, riz blanc, champignon, raisins secs
Aliment à résidus très acides
Boeuf, veau, porc, jambon, fromage, blé, lait (de chèvre ou de vache), maïs, tomates, oranges, pamplemousse.

Cas particulier : la glaire acide « tueuse de zozos »

Une glaire acide va tuer les spermatozoïdes ce qui est anormal en période d’ovulation et normal le reste du cycle.
La glaire a un rôle protecteur de la sphère génitale ; son pH varie d’ailleurs au cours du cycle pour être normalement
légèrement acide lors de l’ovulation. Elle interdit l’intrusion des bactéries, staphylocoques et autres gonocoques ennemis, facteurs des infections ou redoutées mycoses (tricholomonas vaginalis par exemple). A d’autres moments, quand la glaire est « infertile », selon les propos de Billings, l’acidité de la glaire va également tuer les spermatozoïdes qui n’ont pas lieu de pénétrer dans le « sanctuaire utérin. »
Le sperme est neutre à tendance alcaline, couramment de 7,2 à 8 et les spermatozoïdes préféreront ce type de pH.
Donc à la question du pH vaginal :
  • avant la puberté 6 à 8
  • après la ménopause, il monte peu à peu vers la neutralité : 6 à 7
  • le sang des règles est alcalin,
  • pendant la grossesse : 4,5 (pour dégommer tous les microbes qui voudraient essayer de passer !)
  • chez la femme pubère non ménopausée : 4,5 à 5,5 ; il est au plus près du neutre lors de l’ovulation
  • après un rapport sexuel : montée jusqu’à la neutralité 6-7 où il va rester 8 heures avant de reprendre son taux normal.
La méthode mise en oeuvre par les « bicarbonateuses » du forum Doctissimo  qui procèdent à des injections vaginales d’eau bicarbonatée est une fausse solution. Elle pallie localement et partiellement une glaire trop acide tueuse de spermatozoïdes : aucun contrôle au col ne permet de savoir si le milieu cervical a atteint le bon pH.
Supprimer cette acidité fait donc le lit des maladies alors qu’une action de terrain par l’alimentation ne créera pas ce risque.

Mon panier et mon matériel de gemmothérapie

La gemmothérapie de la cuisine pour manger vivant et riche !

Répondant à la gemmothérapie phytothérapique, utilisant des macérations de bourgeons d’arbres à visée thérapeutique et décrite sur ce blog, vous pouvez mettre en place une gemmothérapie culinaire de tous les jours.
L’avantage est que cette fois vous n’avalerez pas une goutte d’alcool, sauf si vous décidez d’en mettre dans vos plats…
Ces « germinations » ont de multiples vertus :
  • la richesse en vitamines et minéraux,
  • un faible coût de revient,
  • un apport en hormone de croissance végétale,
  • une touche d’originalité et de fantaisie dans la cuisine familiale.
Les graines déjà germées se trouvent parfois au rayon frais en magasin traditionnel, type grand magasin populaire de centre ville. Autrement, vous les trouverez à coup sûr en magasin diététique.
Évidemment, vous les laverez généreusement avant de les consommer et penserez à les assaisonner : vous les désinfecterez et échapperez aux désagréments qui ont tant fait parler des germinations à l’été 2011 !

Dernière solution : les faire pousser vous-même !

Rien de plus simple, il suffit d’une assiette (ou d’un germoir, en magasin ou salon bio, je n’aime pas le « carré de Vilmorin » peu pratique pour rincer), d’un peu d’eau pure (osmosée
si possible). Et de quelques jours de patience.

La gamme des graines disponibles couvre toute celle des légumes feuilles du potager, des céréales et quelques légumes racines, à
condition que les semences ne soient pas traitées. (Attention, ne pas consommer les solanacées comme les tomates pour la plupart pourvues d’un feuillage toxique.) Vous les acheterez en magasin ou salon bio, sur catalogue de grainetier comme celui de Baumaux et de plus en plus fréquemment en jardineries (prix à surveiller…)
Pour un prix modique, inférieur à celui d’une salade, vous pourrez agrémenter votre cuisine d’une source importante de vitamines, minéraux et hormones de croissance végétale et ingérer des cellules souches phyto-embryonnaires.
Lors du processus germinatif, la composition chimique des graines va se modifier. Ainsi l’acide phytique présent dans le son du blé et perturbateur de l’assimilation du fer et du calcium va se dégrader (comme dans un vrai pain complet où là le levain naturel le dégrade.)
Parallèlement, les vitamines vont augmenter.
Par exemple, chez le haricot mungo (ou pousses de soja)
Vitamines (mg/kg)
graines non germées
graines germées
Provitamine A
2,7
4,2
B2
1,25
10
B3
27
70
B12
0,6
1,55
C
0
70
E
2,5
3,5
Quelles vitamines et éléments trouver dans les graines ? Combien de temps de trempage et de culture ?
Consultez le document word réservé aux membres de ce blog !

Pour débuter, je vous conseille le cresson ou mieux les lentilles, très faciles et dont la composition nous intéresse dans les problèmes de fertilité. Attention toutefois à bien les rincer pour éviter qu’elles ne fermentent.

Vous pouvez les servir en salade telles quelles avec une vinaigrette très légère ou les marier à une salade verte plus traditionnelle.

Vous trouverez en lien quelques sites riches en conseils de culture et recettes :

 

La Mycothérapie ou utilisation médicinale des champignons

Depuis quelques années, la connaissance des champignons bouge au point qu’ils ne sont désormais plus membres ni du règne végétal ni du règne animal mais forment un règne à part entière.

Leur application dans le domaine de la santé commence à se développer et s’il est maintenant possible de trouver des compléments alimentaires à base de champignons, tous les champignons n’existent pas encore en petite pilule !

En fertilité, deux champignons seulement vont nous intéresser :

  • les levures, type levure de bière ou de boulangerie pour leur richesse en vitamines du groupe B,
  • les trompettes de la mort qui sont les plus concentrées en zinc.

Vous pourrez donc prendre la levure de bière avec d’autant plus de bénéfices si votre infertilité est due à un sous poids : c’est un excellent truc pour grossir ! Elle se trouve souvent au rayon diététique sous forme de paillettes déshydratée à saupoudrer sur les plats. Veillez à boire suffisamment car leur assimilation dégage beaucoup de purines qui peuvent charger les reins.

Pour les trompettes de la mort, vous les ajouterez en cuisine car elles n’existent pas sous forme de complément alimentaire (extrait fluide ou poudre sèche.) Plus elles sont noires (sans être pourries bien sûr), plus elles sont riches en zinc ! A fortiori, si vous en trouvez des pâlichonnes, grisâtres ou beiges, elles seront déficientes en zinc…

Et si vous recherchez un champignon aphrodisiaque et anti-oxydant, le spécialiste de la mycothérapie Alain Tardif vante les vertus du carpaccio de cèpes, à condition que vos cèpes ne viennent pas d’Ukraine (Tchernobyl !) :

« Trancher par la longueur un beau cèpe jeune et parfaitement nettoyé par convive en lamelles de 0.5 à 1 cm d’épaisseur, disposer dans un plat de porcelaine blanche, asperger d’huile d’olive en les retournant au moins deux fois (attention à garder la main légère, le cèpe est une vraie éponge et trop d’huile le rendrait indigestes…) Saupoudrer d’un pincée de gros sel gris non raffiné (ou de fleur de Guérande) et arroser d’un demi jus de citron. Terminer par des grains de coriandre moulus et, si vous en avez, de la coriandre fraîche finement hâchée.
Laisser macérer au frais 5 à 6 heures minimum, le cèpe devrait avoir absorbé la marinade. Servir frais en entrée. »

Ce plat énergétique devrait vous assurer une après-dîner à la hauteur de vos espérances…

Sources

Merci d’avance d’utiliser ces liens Amazon pour acquérir un livre : la petite commission qui me sera versée permettra l’entretien de ce site !

Et vous ?

Avez-vous une recette aphrodisiaque de champignon à partager ?

Avez-vous vu une différence dans votre fertilité grâce à l’alimentation ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous connaissez des personnes qui peuvent être concernées par cet article ? Pensez à le partager !

Recherche utilisée pour trouver cet article :

concombre et fertilité, citron et fertilité, citron et fertilite feminine, figue seche et fertilité, Aubergine Et Ovulation, betterave et fertilité, vertus du poireau cru dans genital feminin, bicarbonate de sodium et fertilité, papaye et sperme, orge et fertilité

21 commentaires

  1. Laissé par : dom le18/06/2007 à 08h46

    Et bien…joli travail ! A méditer tout l’été,courses sur les marchés provinciaux pour les parisiennes vacancières ? Et les déjà provinciales,aussi…

    Des instants de cuisine en perspective,l’occasion de s’initier aux bienfaits des BONS produits !

    • Merci Domi ! Je t’avais dit que je préparais du lourd… En fait 1 an pour finaliser dans ma tête l’article et le publier.

      Donc avec cette méditation, voici l’occasion de reprendre de bonnes habitudes… et de jouer aussi à apprendre à faire germer les graines avant de les déguster. Et de faire le lien avec l’article pour « garder la ligne haricot »… Bref de quoi se préparer une rentrée vitaminée, amincie, en pleine forme avec de jolies couleurs !

      Bon été et bon appétit ! Fabienne

  2. Laissé par : tina le28/06/2007 à 06h53

    Vraiment génial les informations que l’on peut trouver sur ton blog, puis je te siter dans mon blog?

    Je recherches un bon homéopathe dans la région du 13, 84, 04 ,83 pour améliorer la qualité de nos gamètes.

    Car tu donnes des formules pour cela, mais il faut qu’un homéopathe me les prescrivent?
    Merci pour ton aide

    Tina

    • Bonsoir Tina,

      Je connais ton blog si vivant ! je préfère que tu mettes un lien ou que tu renvoies vers celui-ci car, peut-être l’as-tu remarqué, mes articles évoluent…

      Pour trouver un homéopathe, tu as plusieurs solutions : le bouche à oreilles (y compris à la pharmacie !), les pages jaunes, les sociétés d’homéopathie (tu as une référence dans l’article sur la gemmothérapie de la fertilité et d’ailleurs un des auteurs de référence consulte sur la Côte d’Azur.)

      Un homéopathe adaptera et surtout te donnera les remèdes de constitution et de terrain pour catalyser l’action des autres remèdes… Seul l’entretien-diagnostic le permet ! Et puis, pour les formules « toutes prêtes », comme pour aller à Rome, plusieurs chemins existent mais certains te conviendront mieux que d’autres…

      Reste qu’il existe une catégorie de patients, celle de mon époux : le médecin oui, mais jamais avant d’être prêt à mourir ! Avec des articles comme ceux-ci, nous pouvons essayer de les convaincre de « garder » la santé et de remédier aux « petits » tracas sans PMA…

      Bon courage, Fabienne

  3. Très instructif tout ça, merci beaucoup !

  4. Laissé par : Cécile le07/11/2007 à 18h16

    Bonjour,
    Je tiens à remercier la personne qui a conçu et alimenté ce site en informations précieuses.
    Je suis personnellement concernée par un problème de glaire acide et j’ai été agréablement surprise par les astuces alimentaires qui sont citées. Je rentre en PMA dans qqs jours mais autant mettre toutes les chances de notre côté, on ne sait jamais…
    Je tiens aussi à dire que je suis d’accord avec le fait qu’utiliser des lavements quotidiens au bicarbonate n’arrange rien, c’est même plutôt dangereux, car les microbes et autres saletés ne sont plus écartés.

    Je recommande !!

  5. Laissé par : Laurence le19/01/2009 à 23h53

    Merci pour ce site riche, qui permet de trouver une info synthétique et claire. Une somme remarquable tout simplement !

    • Merci de votre visite et de vos encouragements J’ai essayé de faire le tour du sujet. Et pour être encore plus claire dans la navigation, il y a maintenant un nouveau sommaire avec de nouvelles catégories.

  6. Laissé par : ingrid le01/01/2010 à 23h21

    merci pour tous ces bons conseils 🙂

  7. Laissé par : dalila le05/04/2010 à 19h27

    slt ton blog et super mrc pour les info.biz

  8. Ping :L’homéopathie de la fertilité féminine et masculine

  9. ON PEUX FAIRE LA CURE DE FRAMBOISE PDT LES REGLES,

  10. Très bon site avec des informations enrichissantes et intéressantes

  11. Bonjour fabienne,

    j’ai 40ans et un taux de AMH à 0.6, je souhaite ameliorer ce taux et augmenter mes chance sde tomber enceinte, que dois je prendre en complement, que dois je changer dans mon alimentation
    merci

    • Bonjour, je vous renvoie vers le supplément offert aux membres inscrits. Les conseils personnalisés se donnent uniquement en consultation après analyse de votre mode de vie. Bonne chance

Laisser un commentaire