Images et qualité séminale

Une thèse ancienne avait établi que les animaux étaient capables d’ajuster la composition de leur éjaculat en fonction des risques de compétition.
Une étude publiée en juin 2005 élargit ce système à l’humanité. (en anglais sur http://www.lwsimmons.org/ElectronicPapers/kilgallon_05.pdf)
Le postulat était déjà à la base du livre de vulgarisation de 1994 du Pr Robin Baker « Sperm Wars, les secrets de nos comportements amoureux », écrit parallèlement à des publications scientifiques très sérieuses.

En fait, avant chaque éjaculation, l’homme évalue les risques d’infidélité de sa compagne. Plus ceux-ci sont importants, plus le sperme sera riche en spermatozoïdes.

Avant tout don de sperme, l’étude récente suggère donc de faire regarder au donneur des images où la compétition des spermes est possible (2 hommes pour 1 femme). Cependant si une compétition féroce est certaine, la concentration séminale diminue.

L’étude récente a en outre permis d’établir d’autres paramètres tels que les téléphones mobiles portés à proximité des testicules ont un impact négatif significatif sur la concentration et la mobilité des spermatozoïdes.
En cours d’étude, il est aussi apparu que les hommes élevés en milieu urbain ont des spermatozoïdes plus mobiles, que l’heure du recueil a une influence (pas trop tôt le matin !) Enfin les hommes en couple et ayant une vie sexuelle intense ont les spermatozoïdes les plus mobiles.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous connaissez des personnes qui peuvent être concernées par cet article ? Pensez à le partager !

Un commentaire

  1. Ping :Ecologie et fertilité, fécondité, stérilité

Laisser un commentaire