Fertilité, PMA et Bio : sujets vus par la presse quotidienne

Un article paru ce jour dans la revue de presse « Généthique » fait une merveille synthèse de la raison de ce blog en synthétisant ce que nos journaux ont sorti ces derniers temps sur la fertilité.

Voici donc une bonne raison d’allier l’écologie dans notre hygiène de vie à nos soucis de fertilité !

Synthèse de presse bioéthique du mardi 25/11/08

Article précédent

Article suivant

Environnement chimique et reproduction

Alors que s’ouvre aujourd’hui le colloque européen sur
les effets de l’environnement chimique sur la reproduction et le développement de l’enfant (cf. Synthèse de presse du 19/11/08), la presse revient largement sur la dégradation de la fertilité masculine constatée depuis quelques années.
En 50 ans, le nombre et la qualité des spermatozoïdes ont diminué de 50% environ ; le nombre de malformations génitales masculines est en hausse et les cancers du testicule ont augmenté
de 50% en 20 ans en France… En Espagne par exemple, selon une étude publiée en octobre dernier par des chercheurs de l’Institut Marques de Barcelone, près de 6 jeunes sur 10 auraient un
sperme de qualité inférieure au seuil considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme le début d’éventuels problèmes de fécondité.

Même constat dans l’espèce animal : au Royaume-Uni, des truites de rivière, vivant en aval
d’usines de traitement d’eaux usées dans lesquelles on trouvait trace de produits et de médicaments chimiques, sont devenues hermaphrodites ; en Floride, les alligators du lac Apopka dans
lequel ont été déversés des insecticides, ont vu la taille de leur pénis réduite au point de compromettre leur reproduction.

Dans son éditorial, Dominique Quinio, journaliste de La Croix, souligne les conséquences
humaines et économiques de cette baisse de la fertilité, « d’abord pour les couples qui y sont douloureusement confrontés et font de plus en plus souvent appel aux techniques médicales
d’aide à la procréation
 » et « ensuite parce que ces techniques ont un coût élevé » et que « les différents modes de procréation « assistée » entraînent des questionnements
éthiques nouveaux et complexes, en bouleversant les règles habituelles de la filiation
« …

Au premier rang du banc des accusés on trouve de nombreuses substances chimiques présentes dans
notre environnement, liées à notre mode de vie, et dont certaines agissent comme des « perturbateurs endocriniens » c’est-à-dire qui perturbent les fonctions endocriniennes cruciales pour
la formation et la santé de l’appareil reproducteur. Certaines de ces molécules pourraient même agir in utero sur l’embryon. Dans une interview accordée au Monde, Alfred
Spira, directeur de l’Institut de recherche en santé publique, montre en particulier du doigt les pilules contraceptives : « les usines de traitement des eaux ne captent pas les
produits de dégradation de médicaments ayant des effets œstrogéniques ou antiandrogènes, à commencer par les pilules anticonceptionnelles
« .

Si, selon Alfred Spira,  « la première cause des problèmes d’infertilité reste l’âge
tardif du désir de procréation
« , reste que « la baisse de la production spermatique pourrait faire craindre une augmentation des cas de stérilité« . Il attire l’attention sur
la pollution chimique mais aussi sur nos modes de vie, le stress, l’alimentation, la diminution de l’exercice physique et le tabac. Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée
de l’écologie, souligne elle aussi « la susceptibilité inquiétante à notre environnement » et l’importance d’en informer le grand public, tout en reconnaissant que « l’humanité
n’est pas menacée dans l’immédiat
« .

Rappelons l’entrée en application de la procédure européenne Reach en juin 2007 qui oblige les
entreprises européennes à enregistrer, d’ici à 2018, les produits qu’elles utilisent ou commercialisent auprès de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) et à évaluer leurs
risques sanitaires et environnementaux. Actuellement, sur 100 000 substances commercialisées en Europe, seules 3 000 produites après 1981 ont fait l’objet d’études
sanitaires.

La chaîne de télévision Arte diffuse ce soir à 21 heures une enquête sur ce sujet intitulée « Mâles
en péril ».

©
genethique.org

Chaque article présenté dans
Gènéthique est une synthèse des articles de bioéthique parus dans la presse et dont les sources sont indiquées dans l’encadré noir. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées
par la rédaction.

Libération (Eliane Patriarca) 25/11/08 – La Croix (Dominique Quinio, Emmanuelle Friedmann, Alfred Spira) 25/11/08 – Le Monde
(Paul Benkimoun, Jean-Jacques Bozonnet) 25/11/08 –  Le Figaro
(Muriel Prat) 25/11/08

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous connaissez des personnes qui peuvent être concernées par cet article ? Pensez à le partager !

Laisser un commentaire