Faire un bébé en mangeant

Nous sommes ce que nous mangeons… C’est une évidence qu’il est bon de rappeler

Hippocrate, le père de la médecine, retournait cette affirmation en établissant que l’alimentation devait être le premier médicament.

Mais vous que mangez-vous ?

Manger le nécessaire à la fertilité

Pour faire un bébé, il faut avoir un spermatozoïde en bonne santé et un ovule en bonne santé dans un environnement favorable.

Donc le spermatozoïde doit être capable de survivre et traverser indemne le centre de sélection vaginal-cervical. Puis il va nager à travers l’appareil gynécologique jusqu’en haut des trompes avant d’embrasser fusionnellement l’ovule, d’abandonner l’appareil moteur et d’unir son matériel génétique au féminin. La différence de taille entre lui et sa belle est comparable à un homme se tenant debout dans une entrée d’immeuble de 4 étages.

Il lui faut de l’énergie, une résistance de marathonien, une nageoire efficace, une bonne tête chercheuse et la capacité de déployer son ADN convenablement.

L’ovule de son côté est aussi mobile qu’un immeuble. Très “yin”, elle se laisse déplacer par la gravité et les trompes. Lors de la rencontre avec les spermatozoïdes, bien féminine, elle ne s’ouvrira que pour l’élu ; à ce moment, sa membrane deviendra imperméable à tout autre et, en expulsant le globule polaire, elle éjectera son ADN en trop pour faire la place à l’ADN masculin. Et comme beaucoup de femmes, l’ovule aidera l’ADN masculin si compacté à se déployer à son échelle et rapiècera quelques trous pour pouvoir fusionner avec lui.

loveLa fécondation enclenchée, les trompes vont continuer à vibrer pour faire progresser l’œuf vers l’utérus gorgés de sucres nourriciers où le sang de la mère lui apportera tout le nécessaire (et même le superflu !)

Donc si nous récapitulons, il faut de :

  • l’énergie pour bouger et fusionner : des sucres lents, des lipides saturés
  • la matière pour construire : des protides
  • la souplesse pour nager, vibrer, s’adapter, s’ouvrir : des vitamines et des lipides insaturés, omégas3…
  • des anti-oxydants pour éviter “la rouille qui fait des trous dans la matière”
  • un pH au bon taux pour aider les spermatozoïdes et tuer les intrus dangereux…

Et bien sûr tout cela doit venir de l’assiette des (futurs) parents dans les bonnes proportions !

Quelques mauvais exemples : tables stériles

Parmi les repas carencés que j’ai pu constater lors de mes rendez-vous, voici quelques menus types à éviter (évidemment je caricature…)

Menu 1

  • matin : viennoiseries et café-jus d’orange
  • midi : steak frites pâtisserie
  • soir : quiche ou pizza ou flammekueche – salade – yaourt
  • en journée : grignotage de petits gâteaux

Bilan : où sont les vitamines ? et le “bon gras” ? la dose de glucides/protides est-elle adéquate ?

Menu 2

  • matin : céréales, lait, café au lait et jus d’orange
  • midi : cantine avec aliments noyés dans le gras et maintenus au chaud longtemps
  • soir : poisson pané/frites ou pâtes/jambon ou steak/purée, pain/fromage, dessert lacté et/ou chocolat
  • grignotage : biscuits

Bilan : beaucoup d’aliments vides encore de vitamines et minéraux, pas d’anti oxydants ni d’omégas 3, des lipides de mauvaise qualité…

Menu 3

  • matin : rien
  • grignotage : des fruits secs, biscuits
  • midi : sandwich type jambon/beurre/crudités, café/clope
  • grignotage : bière et petits gâteaux
  • soir : crudités – pain/boulgour/féculent, poisson ou viande, légumes vapeurs,  pâtisserie

Bilan : encore trop de sucres lents, de mauvais gras, une proportion de protides déficitaire et un manque d’anti oxydants, de vitamines et minéraux…

ustensiles de cuisine

Que mettre dans son assiette pour avoir un bébé ?

  • Des bons légumes et des beaux fruits !
  • Des protéines de qualité !
  • Et la bonne dose de bon gras et de sucres lents !
  • Du plaisir aussi !
  • Et bien sûr, les répartir comme il faut dans la journée…

Je vous en dirai plus lors de la conférence organisée par enVie féconde le 8 octobre prochain à Paris.

(Inscription auprès de secretaire(arobase)enviefeconde.org ou Estelle 06 85 11 61 70)

J’y interviendrai en compagnie du Dr Nathalie Iermann, nutritionniste. Nous y remettrons quelques documents dont le guide en téléchargement offert aux membres du blog.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous connaissez des personnes qui peuvent être concernées par cet article ? Pensez à le partager !

6 commentaires

  1. Merci pour ces exemplesde menus à éviter. Il faut vraiment préparer son corps « comme un sportif » en fait :-D. Mais pourquoi pas si on peut aider la nature 😉

    • C’est l’accumulation et la répétition de ces menus qui font un désastre, pas un écart occasionnel…
      Si la nourriture ne nous apporte pas de quoi vivre, où le trouveront nous ?
      Et oui, il s’agit d’une condition physique de sportif : la grossesse est un marathon suivi d’une autre course de fond avec l’allaitement et parfois précédée d’un sprint sous forme de traitement d’aide a la procréation.
      🙂

  2. Merci pour ce site et tous les conseils alimentation… j’ai 42 ans et je voudrais enfin mettre bébé en route…. retardée par un cancer aux seins :-(, guérie maitenant mais…faudra booster les ovaires car ils sont pauvres en réserve de follicules…

    Je dois aussi arrêter de fumer mais c’est duuur…

    • Merci de votre visite.
      Arrêter de fumer est plutôt facile : vous arrêtez bien entre chaque cigarette ! Vous êtes donc entraînée…
      Après ce qui vous est arrivé, votre équilibre alimentaire est primordial. Vous avez le guide en téléchargement sur inscription et une nouvelle conférence parisienne programmée fin novembre.

  3. Marie-Laure Lecca

    Bonjour et merci pour toutes ces informations. Je suis déjà venue à plusieurs conférences, qui sont vraiment super aussi ! J’ai 42 ans et déjà pu avoir un bébé, à 38 ans, alors que tous mes dosages étaient vraiment mauvais, mes ovaires peu actifs, avec andométriose … ajoutons un très mauvais spermogramme à ce tableau… Dès la première consulation en PMA, devant tous ces mauvais résultas d’examens (Recalés partout!) . Depuis 2 ans, TOUS, ces problèmes sans exception sont résolus !! Mais !! J’ai fait 5 débuts de grossesse avec fausse couche ultra-précoce, diagnostiquées en PMA (y compris suite à insémination dans des conditions idéales concernant tous les paramètres mesurables).
    On m’explique que c’est un problème de patrimoine génétique, en bref qu’à mon âge mes ovocites sont très peu nombreux à avoir tous les chromosomes « bien rangés »… D’après votre guide alimentaire, nous nous alimentons plutôt bien. Notre suivi PMA atteste du fait que tous les voyants sont au vert… Je ne sais que faire de plus ? Merci de me donner votre ressenti, si vous avez déjà vu des cas similaires… J’aimerais vous rencontrer en consultation… Marie Laure

  4. bonjour, je souhaiterai partager une recette qui m’a été donné par un herboriste à l’étranger pour booster ma fertilité; j’ai aujourd’hui 43 ans et 2 enfants à 32 ans et 39 ans et à 37 ans une fausse couche ! après des difficultés à tomber enceinte j’ai eu 3 grossesses non abouties en l’espace de 18 mois. Malgré mon âge soit depuis mes 41 ans j’ai fait 3 grossesses malheureusement terminées en FC: mais je ne désespère pas c’est normal la qualité de mes ovocytes n’est plus au top et mon bilan d’infertilité moyen!
    voici les ingrédients:: du miel pur de thym bio, du pollen de fleurs, et mieux du pollen de palmier que l’on trouve facilement au maroc, de l’huile de nigelle pure + poudre de nigelle ( graine de cumin en poudre je crois) des gélules d’onagre 1ere pression à froid bio, 2 gélules de levure de bière et 1 sachet aspegic nourrisson.
    recette: du 1er jour du cycle eu 14eme jour prendre 1cac de miel de thym +1 cac d’huile de nigelle+1 cac poudre de nigelle mélangé à 1cac de pollen de fleurs bio ou 1/4 de pollen de palmier ( très volatile).tous les matins + 2 gélules d’huile d’onagre+ 2gélules de levure de bière ( j’ajoute pour ma part l’acide folique prescrit par mon gyné) et un sachet aspegic nourrison à diluer ds 1 verre d’eau. m’a parlé de supprimer les excitants café thé et tous les sucres raffinés! c’est ce que j’ai fait et mon gyné n’en est pas revenu de mes 3 grossesses en 18 mois soit 1tous les 6 mois ! je ne désespère pas, j’ai 43 ans et je continue à y croire et bien sûr l’herboriste m’a dit d’invoquer le Très Haut pour avoir un bébé: donc la recette est une part de dimension physiologique et de dimension spirituelle! s’il y avait une recette pour contrer les fc je suis preneuse! bien sûr il n’y en a pas! bonnes chances à toutes!et onne recette!

Laisser un commentaire