Dépassez la peur de la naissance et visez l’accouchement orgasmique ! (partie I)

“Tu enfanteras dans la douleur !”

La 1ère fois que j’ai entendu parler de naissance orgasmique, je n’ai pas compris, ou plutôt j’ai cru avoir mal entendu. Heureusement, j’étais en formation sur le suivi symptothermique du cycle, en pleine confiance.

Comme toutes les nullipares (c’est comme çà que le monde médical appelle les femmes qui n’ont jamais enfanté), j’ai entendu beaucoup d’histoires de naissance sans mettre de réalité dessus.

L’inconvénient de ces histoires est qu’elles peuvent faire tellement peur chez certaines qu’elles peuvent occasionner un verrou de stérilité. Si donner la vie est si dangereux, si atrocement douloureux, alors mieux vaut devenir stérile, adopter (un enfant ou même un chien) et laisser d’autres prendre les risques.

Explorons ensemble le sujet du mythe, de la réalité et d’une vérité cachée…

baby_foot

Oui ?

Petite revue des légendes urbaines de l’accouchement

(âme sensible, nullipare bercée de douces illusions : passez directement au titre suivant !)

Mes amies, comme les femmes de ma famille, m’ont toutes parlé de douleur : vu de ma réalité de nullipare, çà ressemble à arracher un doigt sans anesthésie ! (Cà c’est une comparaison entendue en Terminale.) Certaines disent avoir abreuvé leur mari d’insultes pour les avoir mise enceintes proférant des termes qu’elles ne pensaient même pas connaître, l’avoir fait sortir de la salle de naissance sous les invectives.

D’autres parlent d’attente interminable, en prenant froid d’être immobilisées (l’une amenait son tricot…) ou secouées de crampes magistrales… dans les mollets !

Dans ces récits, la douleur est accompagnée si possible d’un bain de sang et d’un placenta qui doit sortir longtemps après bébé signant enfin la délivrance. Très poétiquement, une copine l’avait comparé à un énorme foie de veau et m’avait expliqué la révision utérine où son gynéco était parti en fourrageant à la recherche de bouts manquants qui pouvaient s’infecter…

Ah oui, il y a aussi les hémorragies utérines plus ou moins fortes. Une amie m’a dit s’être assise sur une pile de serviettes pendant 10 jours car aucune protection ne suffisait et avoir été à la limite de l’étourdissement tout ce temps. Une cousine de mon mari en est même morte avant transfusion, oubliée des heures dans la salle de naissance, faute de soins (le Tribunal a jugé !)

Et le travail qui dure des heures et des heures ou ne se déclenche pas ! Comme ma grand mère racontant que le médecin avait sauté sur son ventre pour faire sortir le bébé (c’est interdit, rassurez-vous.) Moi-même, je suis née sur rendez-vous : 3 semaines de retard ont convaincu l’obstétricien (gynécologue accoucheur) de mettre maman sous perfusion d’on ne sait quoi pour déclencher le travail. J’ai même entendu parler de contractions pendant 24 heures chez certaines femmes.

Dernier bonheur : l’utérus qui reprend sa place ! Les contractions particulières qui accompagnent ce processus portent le doux nom de lames…

962622_first_breath___life_begins

Oui et non !

Soyons sérieuses : la nature est bien faite, détricotons les légendes de la parturition…

Revenons sur l’épouvantable douleur.

En occident et en France plus particulièrement, la femme accouchait chez elle jusqu’à une petite cinquantaine d’années. Elle se faisait aider de “matrones”, des voisines souvent, des femmes qui avaient l’expérience de cet accompagnement particulier, qui savaient garder la tête froide (mon arrière grand mère maternelle en était…) La sage-femme ou le médecin de famille venait s’il y avait un risque, si les matrones ne pouvaient pas assumer. La naissance se passait entre femmes et elles faisaient ce qu’il y avait de mieux à faire.

Depuis l’époque de Louis XIV, la position de la naissance était devenue allongée. Il ne s’agissait pas que la mère soit plus à l’aise, non : il s’agissait d’améliorer la vue du praticien sur le processus qui se déroulait ! Ou du roi qui venait “se rincer l’œil” (pour le roi, j’ignore si c’est encore une légende mais pour le confort du praticien, c’est certain… )

L’inconvénient de la position allongée est qu’elle bloque le bas du dos. Or lors de la naissance, les ligaments sont extrêmement assouplis par les hormones et les os du sacrum et du bassin vont avoir suffisamment de jeu pour laisser passer bébé. Mais si la mère est couchée, le processus ne peut pas se faire correctement.

Aujourd’hui, de plus en plus de salles de naissance n’ont plus un lit d’accouchement classique mais une espèce de chaise permettant de se faire aider par la gravité naturelle. Les équipes soignantes peuvent se permettre d’être plus attentives à l’aspect physiologique puisque l’aspect sécuritaire est organisé. De là, il est plus facilement admis qu’une femme circule, marche pendant le travail qu’il y a 20 ou 40 ans.

Une étude du Collège national des gynécologues et obstétriciens français a même eu lieu en 2008 pour étudier les différences entre les positions accroupie (intuitive), assise, allongé sur le dos (incriminée) ou sur le côté (conseillée après la délivrance.)

Parlons des insultes et autres aléas pendant le travail

Si le couple connaît des tensions liées à l’arrivée de ce bébé, avec par exemple un déséquilibre important dans le désir d’enfant, un désengagement de l’un, il est normal qu’une mise au point arrive un jour ou l’autre !

Or l’ocytocine, la fameuse hormone de l’accouchement, met la femme dans un état second, un état modifié de conscience comme peut le faire l’hypnose. Elle est alors branché en mode instinctif, c’est le centre de commande émotionnel et animal qui prend les commandes (au moins par périodes) et elle dit ce qu’elle a sur le cœur sans même s’en rendre compte et sans prendre de précautions.

De même, la notion du temps est complètement distordue dans cet état particulier de conscience. Un peu comme les minutes qui deviennent interminables quand on attend, sauf que là c’est l’inverse.

Bien sûr, certains bébés arrivent après terme : souvent il y a une raison bien objective à ce dépassement de délai. Certains ont le cordon noué autour du cou, d’autres viennent après un traitement pour aider “à tenir la grossesse” (comme des injections de progestérone) ou chez une maman terrorisée par les légendes urbaines ! (cf. supra)

703886_newborn_1

Ce n’est pas un bain de sang et le placenta ne sert plus à rien !

Vous pensez que vos règles sont déjà les chutes du Niagara et que la naissance est pire ? Pour objectiver, je vous informe que pour la majorité des femmes les saignements correspondent à environ 25 ml de sang. C’est 1/10 de verre à moutarde !

La grossesse a consisté en l’accueil d’un autre être à l’intérieur d’un être vivant. Pour cela il faut compter 1 litre de sang supplémentaire pour le nourrir en oxygène et en nutriments. Et le placenta est l’organe spécifique mis en place par le bébé pour cette mission. Une fois bébé dans vos bras, tout cela n’a plus lieu d’être.

Le placenta doit être éliminé en entier : les fameuses “fièvres puerpérales” qui emportaient jadis les mères étaient dues à des infections occasionnées par un morceau de placenta non éliminé. Les soignants veillent donc à ce qu’il soit expulsé totalement lors de la délivrance.

Quant aux saignements, ils accompagnent logiquement la sortie du placenta et vont continuer tandis que l’utérus va reprendre sa taille et sa position initiales. Ils s’étalent généralement sur 6 semaines (on les nomme “lochies”), ce qui laisse le temps d’éliminer progressivement le superflu. Jadis, les femmes en fêtaient la fin avec les “relevailles” du 40ème jour après la naissance en allant solennellement à l’église.

L’utérus reviendra plus vite en cas d’allaitement : la succion génère la sécrétion lactée et entraîne en même temps des contractions particulières qui remettent l’utérus en place. La femme les sent mais elle est surtout concentrée sur son enfant au sein et la sensation pourra être désagréable et pas forcément douloureuse…

Non !

La naissance orgasmique : quand le bonheur d’accoucher est aussi physiologique…

A la source d’une nouvelle légende urbaine ?

Je vous en parle dans un prochain article !

952417_baby

 

Aller plus loin:

Crédits photo : stock.xchng

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Vous connaissez des personnes qui peuvent être concernées par cet article ? Pensez à le partager !

Laisser un commentaire